Lorsque vous décidez d'investir votre argent, les options peuvent sembler illimitées.

Les REER et les CELI figurent habituellement parmi les choix offerts, et il est important de bien comprendre la différence entre les deux et de connaître les avantages de chacun.

Qu’est-ce qu’un REER?

Un REER est un régime enregistré d’épargne-retraite. Vous pouvez y cotiser jusqu'à l'âge de 71 ans. Voici les avantages du REER :

  • Vous ne payez pas d'impôt sur les sommes épargnées dans un REER; elles ne sont imposables qu'au moment du retrait.
  • Vous-même ou votre époux/conjoint de fait peut cotiser à votre REER.
  • Vos cotisations REER ne sont pas incluses dans votre revenu, ce qui fait qu'elles sont déductibles de l'impôt.
  • Vous ne payez de l'impôt que sur les sommes que vous retirez de votre REER. Si vous prenez votre retraite et prévoyez alors de commencer à retirer de l'argent de votre REER, votre taux d'imposition pourrait être inférieur, car le revenu gagné est habituellement moindre à la retraite.

Qu’est-ce qu’un CELI?

Un CELI est un compte d’épargne libre d’impôt. Vous pouvez y cotiser à compter de l'âge de 18 ans. Voici les avantages du CELI :

  • Vous ne payez pas d'impôt sur tout montant gagné à l'intérieur d'un CELI ni sur les sommes que vous retirez.
  • Il n'y a pas de date limite de cotisation, ce qui signifie que vous pouvez cotiser à un CELI en tout temps. Tout droit de cotisation inutilisé est reporté le 1er janvier de chaque année.
  • Si vous retirez de l'argent d'un CELI, vous pouvez déposer le montant de nouveau dans votre compte (mais vous devez attendre à l'année suivante pour le faire).
  • Vous pouvez affecter les fonds du CELI à diverses dépenses, y compris des frais de scolarité, une mise de fonds pour l'achat d'une maison ou d'autres dépenses importantes.

Si vous envisagez de souscrire l'une ou l'autre de ces options, prenez soin d'examiner les idées fausses ci-dessous qui circulent parfois. 

1. Les REER ne servent à rien s'il vous faut de toute façon payer de l'impôt au moment du retrait.

Cela n’est pas tout à fait juste. La croissance de votre épargne dans un REER est à l'abri de l'impôt jusqu'au retrait des sommes. Au moment de commencer à puiser un montant régulier de votre REER, vous serez à la retraite et ne recevrez probablement plus aucun revenu gagné. Par conséquent, votre taux d'imposition pourrait être inférieur au titre des retraits, et les sommes que vous avez épargnées pendant des années dans un REER peuvent vous aider à réaliser la retraite de vos rêves.

De plus, chaque année où vous cotisez à votre REER, vous pouvez vous prévaloir d'une déduction fiscale pour le montant de la cotisation. Donc, bien que vous deviez payer de l'impôt sur les retraits effectués durant la retraite, vous pouvez réaliser des économies fiscales durant les années où vous cotisez.

2. Les REER et les CELI sont des placements.

C'est faux. Les REER et les CELI sont simplement des types de comptes comportant certaines caractéristiques d'économie d'impôt (comme vous l'avez constaté plus haut). Vous pouvez détenir une variété de produits d'épargne et de placement à l'intérieur d'un REER ou d'un CELI.

3. Les REER ne peuvent servir qu'à la retraite.

L'argent que vous investissez dans un REER peut servir à autre chose qu'à la retraite. Voici quelques autres événements importants de la vie qui peuvent être financés au moyen des fonds d'un REER :

4. Investir de l'argent dans plusieurs institutions financières est le moyen le plus simple d’accéder à la diversification.

Il n'est pas nécessaire de répartir votre argent auprès de nombreuses institutions financières pour assurer que votre portefeuille est bien diversifié. Vous pouvez plutôt investir votre argent auprès d'une seule institution financière et le répartir dans différentes options de placement.

En conservant tous vos actifs au même endroit, cela permet à votre conseiller en sécurité financière d'avoir une vision globale de votre portefeuille, ce qui peut l’aider à déterminer s'il contribue à l'atteinte de vos objectifs financiers.

5. Vous devriez toujours effectuer votre cotisation REER juste avant la date limite annuelle.

Ce n'est pas une obligation. Chaque année, la date limite pour cotiser à votre REER est le 1er mars. Toutefois, vous pouvez verser votre cotisation (sous réserve du montant maximal) à tout moment au cours de l'année, ce qui pourrait vous permettre d'épargner à un rythme régulier.

Si vous effectuez une cotisation après la date limite du 1er mars, cette cotisation donnera lieu à un reçu fiscal pour l'année suivante. Par exemple, si vous versez une cotisation le 1er avril 2018, cette cotisation figurera sur votre relevé fiscal de 2018. En revanche, si vous versez une cotisation le 1er février 2018 (ou à tout moment avant le 1er mars 2018), votre cotisation donnera lieu à un reçu fiscal pour 2017.